CETA = -200 000 emplois, et c’est le Parlement européen qui le dit !

Veille, par Alexis Chaussalet

La commission EMPL (Emploi et affaires sociales) du Parlement européen a voté un avis opposé au CETA ce jeudi 8 décembre.

Par 27 voix contre 24, l’avis adopté propose purement et simplement de rejeter le CETA car ce dernier entraînerait la perte de plus de 200 000 emplois en Europe, et de 45 000 en France.

En se basant sur la seule étude indépendante réalisée à ce jour, celle de l’Université Tufts aux États-Unis, les parlementaires de la commission Emploi ont restauré un semblant d’avis critique au sein du Parlement européen.

Loin des belles déclarations de la commissaire européenne Cécilia Malmström qui prétendait que le CETA créerait de l’emploi et des retombées économiques positives pour les citoyens européens, la commission Emploi l’a tout simplement désavouée !

En votant cet avis les euro-député·e·s de la commission Emploi ouvrent une brèche supplémentaire dans la défiance à l’égard de ce traité qui, après avoir soulevé une contestation populaire gigantesque et récolté plus de 3 millions de signatures, l’opposition de différents Parlements au sein de l’Union Européenne, est désormais largement contesté au sein même du Parlement européen.

Alors que la création d’emplois était un argument central de soutien à ce traité, on se demande d’autant plus quels arguments vont pouvoir être utilisés afin de tromper les peuples et d’imposer un accord qui nuira sous tout point de vue à l’intérêt général !

À propos

L’actualité des accords de libre échange vue et commentée par Attac, l’Aitec et leurs partenaires. Veille, analyses et questions-réponses pour détricoter la complexité des politiques commerciales et renforcer nos luttes.